Le père Gérard Riffard peut être soulagé. Accusé d’enfreindre un arrêté municipal en hébergeant des demandeurs d’asile, dans une église de la ville, ce prêtre à la retraite a été relaxé mercredi 10 septembre 2014 par le Tribunal de police de Saint-Etienne (Loire).

La justice a estimé que le droit à l’hébergement d’urgence relève de la «liberté fondamentale».

Il était reproché au père Riffard, 70 ans, de mettre à la disposition de ces sans papiers en attente d’un hébergement, un local paroissial de l’Eglise Sainte-Claire, dans le quartier de Montreynaud de Saint-Etienne.