Mabrouké (Syrie), janvier 2016

Pour fuir « l’enfer sur terre » de Daech, les populations civiles partent de nuit, à pied à travers champs ou encore cahé dans des camions rempli de moutons, avec la crainte de tomber sur un barrage du groupe Etat islamique. Les témoignages de ces rescapés de Raqqa qui fuient la capitale du « califat » avec ses exécutions barbares et sa charia féroce nous plonge dans l’horreur, « nous sommes revenus mille ans en arrière » souffle Mohammed.